Les imprimantes 3D peuvent être améliorées facilement. Beaucoup de composants sont standardisés et les imprimantes 3D peuvent…imprimer leurs propres améliorations. Pour autant, on tombe facilement dans le travers de vouloir tout améliorer, et surtout de vouloir imprimer toutes les améliorations, qui par le fait paraissent gratuites.

Cependant, acquérir une machine pour la voir passer son temps à imprimer des pièces pour elles-mêmes…c’est assez peu productif.

In fine, peu de ces améliorations sont réellement utiles. Aussi je conseille simplement d’apporter des améliorations uniquement si vous en ressentez le besoin.

Je possède deux Ender 3. La première a presque deux ans, et a subi presque toutes les améliorations possibles, donc beaucoup ont fini à la poubelle. Je possède la seconde depuis quelques mois. Je n’y ai apporté que deux modifications : la tête E3D V6 de ST-Technologie (utile), et la plaque isolante en liège (peu utile).

Les améliorations utiles

La tête d’impression E3d v6 de ST-Technologie.

Le plus gros défaut de l’Ender 3 est sa tête d’impression. Elle se refroidit mal, et finit par se boucher…irrémédiablement… malgré toutes les fix que l’on peut trouver un peu partout, ça finit toujours par se reboucher.

Cette amélioration résout complètement le problème. C’est pour moi l’amélioration de très loin la plus utile, voire même incontournable ! Seul bémol, son ventilateur un peu petit et qui s’encrasse facilement si on utilise de la laque. A l’occasion, j’aimerais le remplacer par un Noctua 40mm.

On trouve beaucoup de E3D V6 sur Amazon et Aliexpress, mais seul ST-Technologie fournit le support et les ventilateurs qui vont avec.

72€ (souvent en promo à 47€) sur ST-Technologie.

La plaque isolante en liège :

Elle est pré-percée, dont très simple d’utilisation. Elle permet de répartir mieux la chaleur, donc de lutter contre le décollement, et aussi de limiter l’augmentation de la température de l’environnement de l’imprimante. Cela permet donc d’optimiser le refroidissement de la tête d’impression.

La montée en température est aussi un peu plus rapide, donc l’impression démarre un peu plus vite. Par contre le refroidissement est plus long, ce qui est gênant si les pièces ont du mal à se décoller.

Elle permet aussi une réduction de la consommation (minime, pas de quoi en justifier le prix…).

C’est donc une amélioration intéressante, j’apporterai probablement la même sur ma deuxième machine.

12€ sur Amazon, 3,5€ sur Aliexpress.

La carte v1.1.5

La Ender 3 utilise des moteurs stepper assez bruyants. Pour les rendre silencieux, la meilleure solution est de remplacer la carte mère par la v1.1.5. Attention, la Ender 3 V2 intègre déjà une carte similaire, donc cette amélioration ne servira à rien si vous la possédez. N’utilisez pas les amortisseurs pour les moteurs, dont je parle plus bas.

40€ sur Amazon, 33€ sur Aliexpress.

Les améliorations pas toujours utiles

Le caisson

C’est un énorme boulot, qui a les intérêts suivant :

  • Intégrer l’imprimante dans un meuble
  • Réguler la température de l’environnement de l’imprimante (mon caisson est équipé d’un ventilateur de 120mm), ce qui est notamment important pour éviter le décollement des pièces lors des impressions.
  • Eviter les poussières : c’est effectivement une des causes des buses bouchées. C’est particulièrement utile si l’imprimante n’est pas utilisée pendant longtemps, où qu’elle se situe dans un environnement poussiéreux (atelier).
  • Réduire les nuisances sonores : Les nuisances sonores sont réduites, mais pas éliminées.

 

Les tiroirs et autres rangements

On peut imprimer de nombreuses pièces qui permettent d’améliorer la machine. J’ai pu en tester un certain nombre, et peu sont utiles. Aussi voici la seule amélioration, présente sur une seule de mes imprimantes, et qui ne m’empêche pas d’avoir un certain bazard autour :

Lien Thingiverse

On trouve aussi de nombreux porte-outils. Sur ma première imprimante, j’ai regroupé la carte mère, et l’alimentation en un seul boîtier, en dessous duquel se trouve un ventilateur de 120mm, ce qui permet de limiter les nuisances sonores. J’ai ensuite modifier un porte-outil pour qu’il trouve sa place au-dessus de l’alimentation.

Comme vous pouvez le constater…il est vide. « Où sont les outils ? » me demanderez-vous. Aucune idée.

Encore une fois, on peut passer une année à optimiser la machine et ses accessoires. A la fin, on n’obtient pas une meilleure machine. Donc si elle marche, faîte la marcher.

Les ressorts jaunes

Les ressorts jaunes sont plus rigides que ceux d’origine. Les vis ont donc moins de risque de se desserrer, notamment lorsque qu’on applique des efforts sur le plateau pour décoller une pièce. Ainsi on a en théorie moins souvent besoin de régler le plateau.

En pratique, j’ai attendu longtemps avant de les installer sur ma seconde imprimante (il m’en restait en rabe), et celle-ci n’avait pas l’air de se dérégler. Donc une évolution intéressante si par hasard vous devez démonter le plateau.

C’est par ailleurs ces ressorts que j’utilise pour la pédale d’embrayage P1, et la boîte SRT.

8€ sur Amazon, 3€ sur Aliexpress.

Le plateau 3 points

3 points définissent un plan ! Eh oui, prenez trois points dans l’espace, vous aurez un seul et unique plan qui passera par ces trois points. Prenez en quatre, et vous aurez déjà beaucoup moins de chance que la même chose se produise. Aussi il est beaucoup plus logique d’utiliser un plateau à trois points de réglage…en théorie.

En pratique, 4 points permettent de rattraper certaines imperfections. Je n’ai donc pas installé cette amélioration sur ma seconde imprimante, et ne compte pas le faire. Par contre il est vrai que le réglage du plateau s’effectue plus rapidement avec seulement 3 points.

13€ sur Aliexpress.

Les améliorations qui ne m’ont servi à rien

Voici enfin les améliorations que j’ai testé et qui ne m’ont pas servi. Je précise bien qu’il s’agit de mon expérience personnelle.

Le plateau en verre.

J’ai ce plateau en verre sur ma première Ender 3. Je l’avais pris notamment pour des problèmes de planéité. Il se trouve que ça n’a pas aidé. Mon Ender 3 plus récente a son plateau d’origine, et fonctionne parfaitement (avec la tête E3d V6). J’ai même souvent du mal à décoller les impressions. Encore une fois, la règle est de conserver une température stable dans la pièce où se trouve l’imprimante, le reste n’a que peu d’importance.

Dans tous les cas, ayez conscience que les plateaux s’usent. D’autant plus qu’on imprime la plupart du temps au centre du plateau, qui peut éventuellement se creuser très légèrement.

24€ sur Amazon.

Le bowden Capricorn

Ce tube est recommandé car il permet de réduire la friction du PLA dans le tube, et est sensé être plus résistant à la température… sensé… Je l’ai essayé à de nombreuses reprises pour lutter contre le bouchage des buses, sans succès. Ca tient peut-être un peu plus longtemps que le tube d’origine, mais cela ne vous sauvera pas.

13€ sur Amazon.

Extrudeur en aluminium

C’est joli, mais c’est tout. Si votre extrudeur fonctionne aucune raison de le changer pour ce modèle. Peu importe le modèle, prenez simplement garde à ce que le roulement…roule bien, et à ce que le levier ne frotte pas trop contre la base. S’il frotte trop, il n’exercera plus de pression. Enfin, si vous entendez un « clac », cela vient de votre extrudeur qui n’arrive pas à pousser le PLA. C’est dans 95% des cas le signal que votre buse est bouchée, pas que votre extrudeur est défectueux.

12€ sur Amazon,6€ sur Aliexpress.

Les amortisseurs de vibrations


J’aurais probablement du le mettre en haut de la liste. Ces amortisseurs sont effectivement très efficaces pour le prix. Malheureusement, ils ont d’assez lourds inconvénients :

  • Ils nécessitent d’imprimer des supports spécifiques
  • Ils réduisent le refroidissement naturel des moteurs stepper. Effectivement, ceux-ci dissipent normalement leurs chaleurs par contact avec le châssis en métal, ce qu’ils ne pourront plus faire. En chauffant, ils risquent aussi de déformer les pièces en plastiques. Et ne comptez pas sur les petits radiateurs en aluminium souvent fournis avec : ils sont d’une efficacité plus que limitée.
  • Ils empêchent un alignement correct : ils sont relativement souples, donc les moteurs bougent, et ne sont pas parfaitement alignés. Par conséquent, les efforts ne sont pas aussi bien répartis, ce qui n’est pas bon.

J’ai mis beaucoup de temps pour les monter, et je les ai démontés finalement assez vite. J’ai ensuite installé la carte v1.5.5, pour un résultat beaucoup plus probant.

13€ sur Amazon, 7€ sur Aliexpress.

Conclusion

C’est liste n’est pas exhaustive (je n’ai pas tout testé non plus^^). Mais vous comprenez maintenant l’idée : on imprime/achète une amélioration uniquement si on en a besoin. Si ce n’est pas le cas, on imprime des pédales et des boîtes de vitesses !!!