Le différentiel est un composant mécanique qui détermine dans quelle mesure les roues motrices peuvent tourner à des vitesses différentes l’une de l’autre.

Pour comprendre son intérêt, imaginons deux cas de figure extrêmes en virage. Rappelons que la roue à l’intérieur du virage a moins de poids, donc moins d’appuie.

  1. Différentiel ouvert : les deux roues arrières sont complètements indépendantes, elles peuvent tourner à des vitesses complètement différentes. Si l’on tourne trop, ou si on accélère trop, la roue intérieure va commencer à patiner. A ce moment là, elle n’oppose plus du tout de résistance au moteur, qui va lui envoyer tout son couple. Par conséquent, elle va patiner encore plus, et la roue à l’extérieur ne va plus recevoir de couple, elle va simplement rouler à la vitesse des roues avants. La voiture ne sera pas vraiment déstabilisée.
  2. Différentiel fermé (spool) : les deux roues arrières sont reliées par un axe, elles ne peuvent pas tourner à des vitesses différentes. Par conséquent, on va avoir plus de mal à faire patiner la roue intérieure comme précédemment, car elle est reliée à la roue qui est à l’extérieur. Donc d’une certaine manière on a plus de grip. Par contre, la voiture va avoir tendance à sous-virer car pour pouvoir tourner, il faut que les roues puissent tourner à des vitesses différentes, ce qui n’est pas possible avec un différentiel fermé. Par contre, si une roue patine, les deux patines, et là le train arrière va complètement décrocher : c’est du sur-virage.

On comprend donc qu’on doit trouver un comproms entre niveau d’adhérence et vitesses de rotation des roues différentes.